Last Prod

Une émission de téléréalité suit le collectif CVStreet qui colle des affiches de demandeurs d’emploi dans la rue.
Le public peut intervenir sur le destin des personnages en votant.
Franck, un CVStreeter, est retrouvé mort suite à une altercation lors d’une session de collage.
Jusqu’où peut-on se divertir du malheur des autres ?
Basée sur des faits réels, cette histoire se déroule à Marseille durant les élections municipales.
Ecrit et réalisé par Cyril Slucki et Joshua Fitoussi.
Avec dans les rôles principaux : Fatima Djahafi, Gilles Spadari, Gérard Dubouche, Cyril Rosique et Alexandre Attias.
Avec l'aimable participation d'Adda Abdelli, Richard Martin, Moussa Maaskri, Gérard Meylan et Serge Scotto.
Chef opérateur : Pierre Benzirhem.
Son : JR Coste.
Musique originale : Olivier Renoir et Cyril Slucki.

Autour du film

Le concept de "CVStreet" (CV géant collé dans la rue) est inspiré d'une photo prise à Athènes en mai 2012.
×


L'idée d'une économie circulaire de l'humain est le créée en octobre 2012
×

A propos de CVStreet

Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.

Ils sont les CVStreeters, ils sont les membres du collectif, ils sont les citoyens. Ils ont cru en leurs idées, en leurs capacités et ne se sont pas imposés de limites. Ils étaient convaincus qu’ils réussiraient alors que beaucoup pensaient le contraire. Et finalement, ils ont démontré qu’ils avaient raison d’y croire. C’est aussi le pouvoir d’une idée et la volonté pour lui donner vie. L’engagement sans faille pour une cause qui peut, littéralement, déplacer des montagnes. Croire en soi et devenir acteur (et non plus uniquement spectateur) demande de la détermination, de la persévérance sans oublier un brin de créativité.

Economie circulaire de l'humain

La quête d’être amène au partage, la quête d’avoir à l’agressivité, mais ensemble d’autres solutions sont possibles. Ce qu’il y a de magique dans la nature humaine, c’est qu’elle génère toujours de l’intelligence collective face aux pires difficultés. L’altérité offre systématiquement, dans l’histoire, d’autres perspectives.
Cela passe souvent par du liant, de la solidarité, des rêves partagés qui deviennent concrets par de la bonne volonté, donc du  partage…
C’est notre propos, notre démarche, notre praxis.
Créons une économie circulaire de l'humain qui reposerait sur la création de boucles de valeur positives. Mettons l’accent sur l’action et la transmission plutôt que la possession : il n'y a pas de copyright sur l'entraide.



Le CVStreet de Diamondra a fait l'objet d'une oeuvre de Jef Aérosol.
×


Le projet associatif a permis d'accompagner plus de 200 personnes en 5 ans vers le retour à l'emploi.
×


Lors d'une expo Skunkdog a toyé (fait de recouvrir un tag) les affiches des personnes ayant retrouvé du travail.
×


Le personnage de Martine Simoni est librement inspiré de personnalités politiques existantes,
dont Martine Vassal qui se présentera en tant que candidate aux municipales de Marseille en 2020.
×


La scène de la mort de Franck s'inspire de l'affaire Ibrahim Ali.
Le 21 février 1995, ce jeune Marseillais d’origine comorienne était tué par des colleurs d’affiches du Front national.
Depuis, famille et amis demandent que le carrefour où a eu lieu le drame porte son nom.
×


Le scénario des 20 premières minutes du film montre une émission de TV.
Chasseurs d'emploi sera diffusée en 2016 sur la chaîne TV Sud Provence, 2 ans après la sortie du film.
×